Brexit : quelles tendances pour l’emploi en France ?

par le 26 septembre 2019
Catégories : Actualités
BREXIT

À moins de 30 jours du sommet européen, les négociations du Brexit sont entrées dans une phase cruciale, sans que l’on sache réellement quelle stratégie poursuit Londres.

Les conséquences du Brexit pour l’Union européenne sont difficiles à prévoir. Pour certains, la sortie du Royaume-Uni est une catastrophe : de fait, l’Union européenne perd l’une de ses trois grandes puissances, une des plus importantes places financières au monde, le premier partenaire diplomatique des Etats-Unis en Europe ainsi que l’un des seuls Etats européens entretenant une armée régulière conséquente.

Outre les axes politique et budgétaire, les négociations portent notamment sur la libre circulation des personnes. Le futur statut des Européens qui iront s’installer et/ou travailler au Royaume-Uni, ainsi que des Britanniques qui rejoindront le continent européen, reste à préciser. La question des expatriés et des travailleurs transfrontaliers actuels avait, de son côté, été partiellement résolue par l’accord de sortie : les Européens résidant et/ou travaillant déjà au Royaume-Uni avant la fin de la période de transition, tout comme les Britanniques installés dans un autre pays de l’UE avant cette échéance, devraient conserver leur statut. Cela demeure cependant plus incertain en cas de « no deal ». Néanmoins, le Royaume-Uni a fait savoir que les droits liés au séjour des résidents européens, enregistrés en tant que tels auprès de l’administration britannique avant que le Brexit ait effectivement lieu, seraient préservés même en cas de sortie sans accord.

Quelles seront les conséquences sur le marché de l’emploi ?

Pour la France, un Brexit sans accord ne se ferait pas sans souffrance, au moins sur le court terme. Mais notre attractivité, déjà renforcée depuis le vote britannique, pourrait encore s’améliorer, et des milliers d’emplois pourraient être rapatriés de la City. Paris détrônerait ainsi Londres et deviendrait la capitale européenne la plus attractive, et l’hexagone récupérerait des emplois dans la finance – 3500 emplois directs et jusqu’à 30 000 emplois indirects selon l’hypothèse haute.

Certains secteurs seront toutefois beaucoup plus touchés que d’autres. On estime à 2.9Md€ le manque à gagner en CA pour les entreprises françaises, dont 0.8Md€  dans les outils / équipements, 0.8Md€ dans l’agroalimentaire et 1.2Md€ dans l’automobile.

Les géants de l’automobile comme l’allemand BMW, le français PSA et le japonais Nissan possèdent en effet des usines en Grande-Bretagne, dont l’avenir semble compromis en cas de « no deal ».

« Le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord déclencherait un séisme pour les conditions commerciales, avec des milliards d’euros de taxes risquant d’affecter le choix des consommateurs des deux côtés de la Manche », estiment 23 associations nationales du secteur dans un communiqué conjoint.

Les investissements dans l’industrie automobile britannique ont déjà subi un inquiétant coup d’arrêt au premier semestre en raison des incertitudes du Brexit. Entre janvier et juin, les nouveaux investissements annoncés ont subi une chute de 70 %. Environ 10 % des véhicules assemblés sur le continent européen sont exportés en Grande-Bretagne, selon les données du secteur. Sachant que le secteur automobile européen produit 19,1 millions de véhicules par an et emploie 13,8 millions de personnes, soit 6,1 % de la population active… On entrevoit de lourdes conséquences.

Si l’on inclue le secteur de la pêche (30% de notre production dépend des eaux britanniques), celui de l’agriculture et les retombées globales d’un rétablissement des droits de douane, on parvient à une estimation de 25 % de recul pour la demande de produits européens au Royaume-Uni, et à 50 000 emplois français directement menacés par un « no deal ».


En savoir plus
https://brexit.gouv.fr/sites/brexit/accueil.html

Sources : 
https://www.touteleurope.eu
https://www.eulerhermes.fr/actualites/brexit-pertes-exportations-2019.html
https://www.lesechos.fr/monde/europe/un-brexit-dur-menacerait-plus-de-600000-emplois-dans-le-monde-963661

Share Button

    Il n'y a aucun message publié.


Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Haut