Les cadres en position moins favorable pour négocier leur salaire à l’embauche

par le 07 janvier 2014
Catégories : Actualités
salaire et cadres

Le salaire reste – en France – un sujet compliqué à aborder…voire tabou ! Pourtant, ce critère est essentiel et il est indispensable de connaitre sa « valeur » sur le marché. C’est un élément clé, notamment en entretien d’embauche lorsque la question des prétentions salariales est abordée : bien se vendre en entretien et rassurer son futur employeur font partie des points à préparer avant son entretien d’embauche. Humanae peut vous accompagner dans cette démarche.

Lors d’un recrutement, les entreprises fixent une fourchette de salaire. Le salaire obtenu in fine est le fruit d’une négociation entre le candidat et l’entreprise. Deux facteurs jouent en faveur ou en défaveur des cadres, selon une enquête de l’Apec (septembre 2013) : leur profil et le contexte économique.

Plus de rémunérations s’ajustant à la baisse. Dans un contexte économique dégradé, la part  de salaires positionnés dans la fourchette envisagée par le recruteur lors de la publication de l’offre d’emploi est en baisse 5 points en un an, à 64%. Fait marquant, la part des salaires se situant en dessous de la fourchette salariale initialement prévue est, elle, en hausse. Et la proportion de salaires parvenant à se fixer dans le haut, voire au-dessus de la fourchette est en baisse.

Des cadres expérimentés moins favorisés. Le salaire aura plutôt tendance à s’inscrire dans le haut de la fourchette pour les plus expérimentés. Ainsi, les négociations à la hausse concernent plus de la moitié des cadres dotés de plus de 10 ans d’expérience contre 18% seulement pour les jeunes diplômés. Pour autant, ce sont pour les cadres confirmés que l’on note un net durcissement des conditions de négociation, avec une proportion moindre de salaires se fixant dans le haut ou au-dessus de la fourchette prévue et une hausse de la part de salaires s’ajustant à la baisse par rapport aux années précédentes. Ce durcissement de la négociation salariale se retrouve, mais dans une moindre mesure, chez les jeunes cadres.

Stabilité, voire légère baisse des salaires. D’une année sur l’autre, on constate que la rémunération annuelle d’embauche des jeunes diplômés et des cadres les plus expérimentés est restée stable, mais a baissé de 1 000 euros pour les profils intermédiaires. Au global en un an, le salaire moyen à l’embauche des hommes est passé de 39 à 37 k€, celui des femmes de 35 à 34 k€, réduisant de fait les écarts entre les femmes et les hommes.

Source: http://cadres.apec.fr/Emploi/Marche-de-l-emploi/Tous-les-focus/Recrutement/Les-cadres-en-position-moins-favorable-pour-negocier-leur-salaire-a-l-embauche

Share Button

    Il n'y a aucun message publié.


Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Haut