Les coulisses d’un recrutement réussi

par le 05 novembre 2019
Catégories : Actualités
optimiser le recrutement d'un nouveau collaborateur

La vie d’un cabinet de recrutement se raconte au travers d’une multitude d’histoires personnelles, de choix de vie, de ruptures, de rencontres et de rebondissements. Il n’est pas rare que nos réunions hebdomadaires prennent des airs de « Santa Barbara », chaque consultant racontant ses dernières aventures : les reproches d’un conjoint à sa moitié qui finit par changer d’avis et renoncer à un poste, le coup de foudre d’un client pour un profil à l’opposé de ce qu’il cherchait… Et c’est tout l’intérêt de notre métier, cette propension qu’ont les humains à nous surprendre et ce plaisir que nous avons à nous laisser faire.

Nous nous efforçons tous les jours de provoquer de belles rencontres et de permettre à des personnes, dirigeants, managers ou candidats, d’écrire ensemble une histoire commune, si possible belle et longue. Nous mettons toutes les chances de notre côté en rencontrant, évaluant, écoutant les uns et les autres. Malgré tout, il arrive que la mayonnaise ne prenne pas. Naturellement, nous commençons par nous dire que nous nous sommes trompés de candidat. Mais force est de constater qu’il s’agit finalement bien souvent d’un manque d’approfondissement lors de la phase de découverte entre l’Entreprise et le futur salarié. 

Le cabinet intervient sur un court laps de temps, une parenthèse dans un long processus. Si l’on peut pousser nos clients à la confidence au moment de la rédaction du profil du collaborateur idéal, récupérant et traitant la moindre information comme la précieuse petite pierre sur laquelle on construit l’édifice, on a beaucoup moins de prise sur l’Après. Le moment où le candidat prépare son départ, fait ses cartons, cherche un appartement et prend (enfin !) ses fonctions. Même si l’on reste en contact avec nos « protégés » tout au long de ce chemin, on finit par leur lâcher la main pour les confier à leur nouvel environnement. Plus ou moins sereinement.

On s’aperçoit, dans les rares cas où le collaborateur/employeur décide d’interrompre la période d’essai, qu’il ne manquait pas grand-chose pour que la magie opère. Nous invitons toujours les candidats à être le plus transparent possible, même sur des éléments personnels qu’ils préfèrent taire à l’employeur. L’avantage d’avoir un cabinet qui joue le rôle d’intermédiaire, c’est que nous pouvons préparer le terrain, alerter sans divulguer toute leur vie privée, et surtout poser les bonnes questions avant qu’ils ne fassent leurs cartons pour traverser le pays (ou la frontière).

L’employeur doit, quant à lui, prendre en compte de nombreux paramètres. Le marché des cadres, globalement pénurique, oblige les recruteurs à aller chasser certains candidats dans des secteurs géographiques éloignés, d’autant plus lorsqu’il s’agit de profil à très forte technicité. Pour ceux qui décident de franchir le cap, on est souvent au-delà du simple déménagement : c’est parfois toute une famille qu’on emmène dans ses bagages ! S’il subsiste des zones d’ombre et si les conditions d’arrivée ne sont pas optimales, cela peut rapidement virer au cauchemar.

La plupart des entreprises ont compris l’intérêt de mettre en place des procédures d’intégration internes, d’anticiper les besoins en termes de matériel informatique ou de bureau, de prévoir une semaine d’intégration pour découvrir les différents services et aller à la rencontre des collaborateurs de l’entreprise. Mais le recrutement d’un nouveau collaborateur doit être pensé plus largement. On a vu des candidats arriver de l’étranger et se trouver confrontés à l’Administration sans pouvoir compter sur le soutien de l’employeur pour faciliter leurs démarches ; des familles sans logement le jour J faute d’avoir été prévenues que le marché immobilier local était saturé ; des candidats renoncer à une semaine du départ faute d’avoir trouvé une place pour le parent âgé… 

Toutes les entreprises ne disposent pas d’un service social dédié à l’accueil des nouveaux collaborateurs et à la mobilité interne, et la tâche est souvent dévolue aux Responsables RH, qui ne sont pas forcément les plus disponibles ou les mieux placés pour la prendre en charge. Il existe des solutions externalisées pour accompagner les salariés dans leur recherche d’appartement, d’une école adaptée à leur enfant, d’une structure susceptible d’accueillir un parent isolé ou malade… Demandez à votre cabinet de recrutement de vous aiguiller ! Recourir à ce genre de services représente certes un coût pour l’entreprise (tout comme un recrutement avorté !) mais cela reste un investissement optimisé puisque – et nous ne le répéterons jamais assez – « un salarié bien dans ses mocassins est un salarié productif tous les matins ! ».

Share Button

    Il n'y a aucun message publié.


Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Haut