POURQUOI PRENDRE EN COMPTE LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ? 1/4

par le 19 septembre 2018
Catégories : Santé au travail

Les RPS représentent aujourd’hui une problématique centrale dans le domaine des RH, et pour cause, elle concerne toutes les entreprises quelles que soient leurs tailles et l’ensemble des travailleurs quels que soient leurs statuts. Les RPS sont le résultat du croisement d’un individu – et de toute sa subjectivité –  et de sa situation de travail. Ils se définissent comme des éléments qui portent atteinte à l’intégrité physique et à la santé mentale des salariés au sein de leur environnement professionnel (travailemploi.gouv.fr).

PRENDRE EN COMPTE LES RPS POUR ASSURER LA SANTÉ DES TRAVAILLEURS

Tout travailleur est une potentielle victime de RPS avec un affect plus important encore chez les salariés expérimentés et les cadres. En effet, ces derniers ont tendance à déborder d’implication dans leur travail et ne se permettent pas le droit à la déconnexion.

Cacher ses émotions, être pressé, subir un intense travail ou encore manquer d’autonomie sont des facteurs à l’origine des RPS. Les conséquences qui en découlent relèvent alors de la santé physique et mentale de l’individu, qui peut développer un mal-être, une souffrance au travail ou même des conduites addictives. Pour l’illustrer il suffit de s’intéresser aux troubles musculo-squelettiques (provoquant des maux de dos par exemple) qui sont en partie issus du stress. La situation peut facilement s’aggraver via un syndrome d’épuisement professionnel – dû à la combinaison et à l’interaction des risques psychosociaux – et conduisant même jusqu’au burnout. En parallèle à cela, il est important de noter que le mal-être subi par les employés donne aussi lieu à une altération de l’image de la société.

Un employé dans un environnement de travail sain présentera une meilleure santé physique et mentale. Dans ce cadre découlera plus de créativité, de productivité et de motivation chez les salariés.

LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX COMME FREIN A L’ACTIVITÉ DE L’ENTREPRISE

Les conséquences visibles des RPS s’illustrent par plusieurs manières au sein de l’entreprise : malveillance, violence, augmentation du turn-over, augmentation de l’absentéisme ou encore baisse de la productivité. Ces phénomènes frappent évidemment intensément l’activité de l’entreprise et engendrent des pertes économiques non négligeables. Selon l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité), 50 à 60% des journées de travail perdues le sont à cause du mal-être et notamment du stress.

COMMENT Y FAIRE FACE ?

Selon la même enquête les RPS peuvent être détectés grâce à divers indicateurs qui concernent autant le fonctionnement de l’entreprise (temps du travail, mouvements du personnel, activité de l’entreprise, relations sociales dans l’entreprise, formation & rémunération, organisation du travail) que la santé et la sécurité (accident du travail, maladies professionnelles, situations graves, situations de travail dégradé, stress chronique, pathologies diagnostiquées et prises en charge, activité du service de santé au travail). Ce premier diagnostic est le point de départ de l’élaboration d’un plan d’action. Il doit s’accompagner de la réalisation d’un projet-groupe interne, d’un second diagnostic approfondi et enfin d’une action planifiée. Suite à cette dernière, des évaluations et suivis doivent confirmer l’efficacité du process. Voir inrs.fr pour plus de détails.

La santé de l’entreprise dépendant de celle de ses salariés, la prise en compte et le travail autour de ces risques est déterminante dans la performance de l’entreprise. Se montrer proactif, communiquer au sein de l’entreprise et réaliser des évaluations de la qualité de vie au travail peuvent être des voies à emprunter pour y faire face.

Tant dans la détection que dans la mise en œuvre de solutions, HUMANAE déploie au travers de ses missions de Qualité de Vie au Travail, des outils et une expertise afin de contribuer au bien-être de vos salariés.

Share Button

    Les messages ne sont pas autorisés.



Haut